Nous avons 1340 invités et aucun membre en ligne

[Monaco] Communiqué commun du Club des Supporters de Monaco et des Ultras Monaco 1994

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ce samedi 8 mars, lors de la réception du FC Sochaux-Montbéliard, les Ultras Monaco ont quitté le stade Louis II dès la 11ème minute, après avoir retiré leurs banderoles. Par solidarité, le Club des Supporters de Monaco en a fait de même à la mi-temps du match.
Ceci n’est en aucun cas une protestation envers l’ASM FC.

Les relations entre l’ASM FC, le CSM et les Ultras Monaco n’ont jamais été meilleures qu’aujourd’hui. Nous travaillons main dans la main afin d’apporter un soutien populaire à l’ASM et lui garantir la ferveur qu’elle mérite dans son Stade Louis II.

Depuis l’arrivée de la nouvelle direction du club, ces trois composantes oeuvrent dans la même direction et sont à l’écoute les unes des autres. Ce soutien dont notre équipe a besoin, passe avant tout par une importante ambiance en Pesage, assurée avant tout par les Ultras Monaco.

L’action commune du CSM et des Ultras a permis de déplacer 600 personnes à Marseille, 900 à Paris, 1200 à Nice en championnat puis 700 en coupe et plus de 600 à Bordeaux entre autre.
Nous tenons à signaler que nous avons reçu les félicitations du Préfet des Bouches du Rhône pour notre déplacement et le comportement de nos supporters à Marseille.

La sécurité autour et à l’intérieur du Stade Louis II n’a jamais été aussi bonne qu’aujourd’hui.

Alors que Monaco se trouvait être 3ème au classement LFP des mauvais élèves en terme de pyrotechnie il y a trois ans, l’action de sensibilisation conjuguée du CSM et des Ultras aura permis à l’heure actuelle d’occuper la 17ème place de ce classement. Aucun véritable problème causé par nos groupes de supporters n’a pu être déploré cette saison.

Or, voilà que les interdictions de stade à l’encontre de nos supporters se multiplient. Nous subissons un véritable acharnement de la part des autorités. Mais quel est le but d’une telle répression lorsqu’il n’y a rien à réprimer ?

Nos supporters subissent désormais des menaces d’interdiction de stade pour des faits qui se dérouleraient hors du stade Louis II à des dates où il n’y a pas de match. Pire encore, les autorités vont jusqu’à formuler des menaces visant directement nos permis de travailler en Principauté. Peut-on vraiment accepter de perdre son emploi pour l’utilisation d’un fumigène ? D’autant moins lorsque l’on sait que si le responsable n’est pas trouvé, un autre responsable est désigné au hasard.

Trois supporters ont fait l’objet d’interdiction de stade d’un an pour avoir été porteurs de fumigènes à l’extérieur du stade, sans les avoir utilisés.

Lors du match Monaco-Marseille, des supporters violents de l’OM ont pu se promener dans tout Fontvieille en insultant les monégasques et jusque devant le bar où se rassemblent habituellement les supporters monégasques, sans jamais avoir été stoppés. Et ceci, malgré une présence policière importante autour du bar.
Les policiers ont attendu que la situation dérape avant d’intervenir et ont été très heureux de distribuer des interdictions de stade aux monégasques alors que les supporters marseillais venus provoquer l’échauffourée n’ont nullement été inquiétés.

Et enfin, lors de Monaco-Sochaux, la police a décidé de se dispenser d’avertir les supporters affligés d’une interdiction de stade par courrier recommandé comme le veut l’usage, préférant les interpeller à l’entrée de la tribune pour un plus bel effet de déception et d’amertume. La sécurité de l’ASM n’était elle-même pas avertie de ces interdictions de stade.

Ces faits sans précédents dans la chasse aux sorcières contre les Ultras et les supporters posent légitimement les questions suivantes :

-          Que serait-t-il arrivé si un supporter monégasque avait eu une altercation avec un policier ou un CRS ? Aurait-il été libéré 2 heures après le match comme cela a été le cas pour un supporter adverse lors des matchs aller ? Nous pouvons légitimement en douter.

-          Est-ce que tout cela ne va pas bien trop loin ?

-          Est-ce une volonté délibérée d’éradiquer les Ultras et les supporters de Monaco ?

-          Est-ce tout simplement une volonté de nuire aux nouveaux dirigeants de l’ASM FC ?

Tout cela est bien triste à l’heure où notre club, comme la rencontre contre le PSG l’a prouvé, est sur le point de retrouver un vrai public. Tous ces supporters investissent une grande partie de leur temps libre et de leurs moyens financiers pour soutenir leur club à domicile comme à l’extérieur.

En voulant se débarrasser des Ultras et des supporters actifs vous aurez un stade mort, comme vous l’avez vu lors de Monaco-Sochaux.
Un club sans supporter est un club voué à une mort certaine.

Est-ce que ce signal négatif qu’envoie Monaco encouragera des investisseurs étrangers à venir placer des centaines de millions d’euros dans une institution monégasque comme l’ASM FC ?

En conclusion, le CSM et les Ultras Monaco demandent à toutes les composantes de la Principauté de travailler dans le même sens, dans le seul intérêt de l’AS MONACO FC, qui est la fierté de tous les Monégasques.

LE CLUB DES SUPPORTERS DE MONACO

LES ULTRAS MONACO 1994

Benoît Caen

Présent en tribune depuis 1992, membre de la Brigade Vikings (1993-1996) puis du Malherbe Normandy Kop (depuis 96). Photographe du groupe depuis 2008.