Nous avons 145 invités et aucun membre en ligne

ACTUALITES || Nouvelles officielles des groupes

[Metz] Communiqué tribune Est

Écrit par jeudi, 27 juin 2013 19:08

Communiqué Tribune Est

[Montpellier] Communiqué Camarga Unitat

Écrit par dimanche, 09 juin 2013 14:07

6 juin 2013

Après une deuxième saison conclue par un grand chelem en déplacement et une constante animation en tribune Corbières, la vie de notre groupe a été bouleversée par bon nombre d'évènements injustes et indépendants de notre volonté au cours de ces dernières semaines.

 

Commençons par revenir sur « l'affaire Narpé », du surnom de ce jeune membre de notre groupe qui a pénétré sur la pelouse à l'issue du match MHSC-LOSC le 18 mai dernier, dernière rencontre de la saison à la Mosson. Après avoir parcouru plusieurs dizaines de mètres en direction de la tribune Etang de Thau de manière inoffensive et dans le seul but d'amuser et de s'amuser, il avait fini par être interpelé de façon musclée par les stadiers et emmené dans les couloirs du stade, en compagnie d'un agent de la société PSI, en charge de la sécurité dans les tribunes du stade.

 

Une fois les spectateurs évacués, Narpé, toujours sans la moindre violence physique ni verbale de sa part, est conduit dans une pièce par ce même agent qui, en trois grosses claques et après quelques provocations, lui percera un tympan et cognera sa tête contre le mur, lui créant une grosse ecchymose au front.

 

A l'heure actuelle, Narpé a écopé d'une interdiction de stade de 6 mois que nous ne contestons pas malgré le fait que cette sanction soit disproportionnée. Une plainte a été déposée contre l'agent de PSI et un avocat engagé afin que justice soit faite face à ce que nous appellerons une bavure, la deuxième de la saison après celle subie par Casti dont les conséquences sont toutefois plus graves que cette dernière, mais qui témoigne encore une fois de la répression aveugle dont nous, ultras, sommes victimes.

 

Désireux de continuer à grandir, nous nous projetions vers la saison prochaine avec encore plus d'envie et d'ambitions. Malheureusement, nous avons appris que le responsable de la sécurité du club, Monsieur DAUDOU, avait donné l'interdiction de nous vendre des abonnements en Corbières pour la saison à venir, pour des motifs plus que flous, nous proposant pour seule alternative la tribune Etang de Thau, déjà occupée par la Butte Paillade 91 et l'Armata Ultras. De là à voir une relation de cause à effet entre cette décision aussi bien arbitraire qu'illégale et l'affaire Narpé, il n'y a qu'un pas.

 

Conscients de l'injustice que nous sommes en train de subir, nous comptons faire valoir nos droits et tout faire pour garder cette tribune qui nous semble idéale et vitale pour l'avenir du groupe. Les nombreuses tentatives de contact avec le club, que nous suivons partout en France et que nous contribuons à faire vivre, sont toutes restées vaines. Ainsi, nous avons décidé de mener des actions pour nous battre jusqu'à obtenir ce que nous souhaitons. Quitte à risquer l'extinction du groupe, nous le ferons avec nos idées et non celles de ceux qui pensent nous diriger.

Nous subissons la répression, nous vaincrons par la passion !

CMG 11

UNE FÊTE ENTACHÉE PAR UNE SÉCURITÉ DE CASSEURS !

A l’attention de la Direction du Red Star FC et de la Ville de Saint Ouen

Il n'y a pas de mot pour décrire la joie ressentie par le peuple Vert et Blanc. Au terme d'une saison particulièrement difficile, le Red Star arrache le maintien in extremis. Les fans de l'Etoile n'ont jamais lâché, et ont su exprimer leur ferveur dans tous les stades où notre équipe a joué.

A la fin du match, le lien particulièrement fort qui existe entre un public de passionnés et son équipe s'est encore exprimé de la plus belle des manières, en témoignent les larmes de joies visibles sur les visages des joueurs et des supporters.

Cette fête a pour autant été gâchée par la sécurité. Durant tout le match, nous avons observé des allers et venues de l'équipe de sécurité témoignant d'une certaine nervosité. Au coup de sifflet final, une ligne de chasuble rouge faisait face au Kop pour interdire tout envahissement de terrain.
Comme à chaque victoire, nous avons l'habitude d'investir les grilles pour être au plus près de notre équipe. Enhardis par des consignes probablement mal assimilées, certains agents ont alors perdu leur maitrise de soi en exhibant une matraque télescopique et en assenant plusieurs coups sur les fans présents à proximité de la grille.

Pendant que la tribune exultait, ces agents n'ont eu de cesse de désigner des fans du doigt dans le but sans équivoque de les menacer dans leur intégrité physique à la sortie du stade. En sortant de la tribune, ces agents emmenés par leur responsable Jeremy ont continué leurs provocations et intimidations. La sécurité s'est alors irrémédiablement transformée en agent de désordre et d'insécurité. Ayant perdu le peu de professionnalisme qu'il leur restait, ces casseurs n'ont pas hésité à frapper des supporters avec leurs matraques, à gazer plusieurs centaines de fans dont de nombreux
enfants et à provoquer des mouvements de foule qu'ils n'étaient plus en mesure de contrôler. Grace
au sang froid des fans du Red Star, le drame a pu être évité, aucun lynchage de supporters n'a eu
lieu. Doit, néanmoins, être signalé le gazage, en plein visage, de deux membres du Bureau du Collectif Red Star Bauer qui, avec d’autres, tentaient en vain d’instaurer un dialogue.

Le calme est revenu dès la dispersion des agents d'insécurité, suite à l’intervention des forces de police leur intimant l’ordre de battre en retraite à l’intérieur du stade. Dans leur retraite, un des énergumènes de la sécurité n’a,toutefois, pas hésité à casser délibérément l’un des panneaux d’affichage situés devant le local du Collectif : le message est clair !

Après une première intervention de ce type, déjà désastreuse, la saison dernière, lors du match contre Colmar, l’entreprise de sécurité s’était engagée, auprès du Club et de certains membres de la tribune, à faire désormais preuve de tact, de respect et de déontologie vis-à-vis des supporters. De nombreux supporters adverses ont, cette saison, également signalé l’agressivité des stadiers à leur rencontre, nuisant à l’image du Red Star et à un département déjà suffisamment stigmatisé.

Pour ne plus jamais revivre ça à Bauer, un stade où les valeurs d'entraide et de solidarité ne sont pas juste des slogans marketing, nous exigeons l'arrêt de la collaboration du Red Star avec cette sécurité qui a montré son vrai visage : incompétence, violence et irresponsabilité !

Collectif Red Star Bauer

Red Star Fans

ainsi que de nombreux supporters indépendants

[Lyon] Communiqué des Bad Gones

Écrit par mercredi, 22 mai 2013 12:34

Les South Winners tiennent à réagir suite aux incidents qui ont éclaté à la gare de péage de Bollène avec les supporters lyonnais des Bad Gones lors du déplacement des marseillais à St Etienne. Nous ne cautionnons pas ces violences qui nuisent à l’image du groupe, à l’Olympique de Marseille, au mouvement ultra et au football français. Il est important de n’oublier aucun détail pour juger les responsabilités de chacun. Beaucoup de preuves de nos dires seront facilement vérifiées par les vidéos du péage. Les South Winners n’avaient pas d’autres choix que de se défendre face à l’attaque des lyonnais pour leur sécurité et celles des adhérents présents.

Le départ de l’histoire : Nice / Lyon

Tout d’abord, il est très étonnant de voir le déplacement des lyonnais à Nice autorisé. Fin mars, les marseillais avaient été interdits de déplacement à Nice sans raison valable et, à l’époque, les autorités nous avaient précisé que les mesures seraient aussi prises pour les autres matches à risque qui se dérouleraient à Nice, dont Nice / Lyon… Non seulement elles n’ont pas été prises mais en plus, entre temps, les lyonnais se sont fait remarquer le mois dernier en attaquant les supporters stéphanois des Magic Fans. De lourds antécédents qui nuisent au monde du football dans un contexte où les autorités n’attendent que cela pour appliquer leurs mesures répressives. Ce samedi, les supporters lyonnais ont dû faire demi-tour après le report du match Nice / Lyon. Les autorités savaient que les marseillais étaient en route vers St Etienne. Même si cela n’excuse pas les débordements, nous sommes en droit de nous poser la question sur les problèmes de logistique. Par prévention, on nous interdit des déplacements de façon abusive, mais par contre on laisse des lyonnais et des marseillais rouler dans le même sens d’autoroute à la même heure.

Le péage de Bollène : loin d’être un hasard…

Il est très important d’expliquer pourquoi le péage de Bollène n’est peut-être pas un concours de circonstances. Lors de tous les déplacements, quand nous devons emprunter l’autoroute du soleil, les South Winners s’arrêtent à ce péage pour récupérer des adhérents. Bollène est aussi un point de ramassage habituel d’une section de supporters stéphanois. En résumé, tout le monde savait qu’il y avait de fortes chances de voir à cette heure-ci des marseillais et des stéphanois à ce péage. Il est arrivé dans le passé que les bus marseillais et stéphanois se croisent sans qu’il y ait d’incidents. Les enquêteurs devront bien regarder l’heure à laquelle les lyonnais ont été avertis du report du match à Nice et leur position exacte sur l’autoroute.

L’attaque des Bad Gones

A notre arrivée au péage, un bouchon s’était formé. C’est à ce moment-là que le bus des lyonnais et celui des marseillais se sont retrouvés à proximité. Jusqu’au début de l’attaque, les South Winners ignoraient la présence des Bad Gones. Soudain, alors que tous les South Winners étaient à l’intérieur du bus, les lyonnais, armés, ont attaqué le bus : pare-brise et vitres latérales éclatées, barres en fer, canettes, essuies glace arrachés pour empêcher le bus de repartir sous une pluie diluvienne. Certains lyonnais n’ont pas hésité à faire des signes nazis et proclamer des insultes racistes. Les images du péage le confirmeront et contrediront les affirmations du parte parole des Bad Gones (Yohann). Un parte parole qui, pour se couvrir et justifier son attaque, n’a pas hésité à mentir en affirmant que les marseillais étaient équipés de couteaux. L’attaque était bien huilée alors qu’aucun Winners n’était sorti du bus. Alors comment faire ? Rester assis en silence et se faire lyncher dans notre propre bus ? Malheureusement, nous n’avions d’autres choix que de nous défendre, pour préserver notre bus, mais surtout pour nous protéger. Il n’y avait pas d’autre issue.

L’arrivée des forces de l’ordre

Plusieurs médias ont souligné que les marseillais avaient pris la fuite avant l’arrivée des forces de l’ordre. Des images de TF1 prouvent le contraire. Des images qui montrent également que les lyonnais étaient armés et organisés, et non pas égarés vu le nombre conséquent qu’ils étaient. Comment justifier la centaine de supporters lyonnais présents sur la fin des affrontements ? Pour cesser ces affrontements, les policiers ont ordonné aux South Winners de regagner leurs bus et J9 et d’évacuer en urgence les lieux. Lors du départ précipité, les lyonnais ont poursuivi leurs attaques (là encore les images de TF1 le prouvent) et se sont mis en travers de la route. Les bus ont pu passer mais le J9 n’a pu éviter de percuter des supporters qui voulaient à tout prix s’interposer et mettre leur propre vie en danger.

Ces images n’ont rien à faire dans le paysage du football français. Le mouvement ultra est encore pointé du doigt. Mais il est important de faire la différence entre des supporters partant à St Etienne pour chanter pour leurs couleurs, les marseillais, et des hooligans qui descendaient au départ en découdre avec les niçois, et qui, à l’arrivée, ont voulu se faire des marseillais ou des stéphanois à Bollène. Nous sommes vraiment désolés d’avoir fait subir ces scènes de violence à tous les usagers de la route qui étaient présents au péage. Nous nous sommes fait attaquer, nous nous sommes défendus. Nous ne sommes pas des enfants de cœur mais nous connaissons nos valeurs et vivons notre passion.

Les South Winners sont des ultras, pas des hooligans…

La manifestation des supporters du Paris SG a donc été annulée par les autorités. Voici le communiqué officialisant cete annulation :

 


 

« Chers supporters, chères supportrices du Paris Saint-Germain, le 19 mai 2013 devait être notre jour de chance, notre jour de rassemblement, notre jour pour lutter contre l’injustice, le mensonge de certains et la désinformation d’autres.

Je viens d’avoir la préfecture de Police, la MANIFESTATION EST OFFICIELLEMENT annulée et interdite dimanche. Désormais, tout rassemblement concernant le PSG sera définitivement interdit que ce soit dans 2 mois, 6 mois ou 2 ans. Je suis totalement effondré en repensant à toutes les choses que j’ai faites pour en arrivé là et j’ai une IMMENSE pensée à tous ses supporters également qui se battent depuis bientôt 3 ans pour que justice soit faites. Par la faute d’une centaine de personnes, ce sont des milliers de gens qui avaient un espoir, qui sont injustement sanctionnés à cause d’ignorants dont l’intellectualité n’est jamais apparue dans leur subconscient.
Je ne sais plus quoi dire ni quoi penser face à toutes stupidités.

Je tiens à vous dire UN IMMENSE MERCI à vous tous qui m’avait soutenu, à vous tous qui avait cru en ce mouvement. Je ne vous remercierai jamais assez.

J’ai également une pensée pour M.Borelli et je tiens à remercier aussi tous les membres des anciennes associations du Parc des Princes, MERCI pour tout le bonheur que vous nous avez apporté, merci pour toutes les causes que vous avez défendues, merci pour tout ce que vous avez donné pour la grandeur de notre club de cœur.

PARIS SAINT-GERMAIN tu es dans mon cœur à jamais, ces quelques ignorants de la vie pourront peut-être tout nous prendre mais ils ne pourront jamais nous enlever tous nos souvenirs.

Prenez soin de vous et n’oubliez jamais que l’injustice n’a et n’aura jamais sa place dans le monde.

Clément »

 


Les incidents du Trocadero et des Champs-Elysées qui ont suivi le titre du club sont incontestablement liés à cette nouvelle interdiction et pied de nez faite aux supporters parisiens. Est-il necessaire de rappeler que les supporters du Paris Saint-Germain sont en grande majorité victimes et attérés de ces incidents ?

 

Cette interdiction confirme l´Etat de Démocratie dans laquelle vivent les Paris SG Fans, plus que jamais considérés comme des citoyens de seconde zone. Cette mesure émane du ministre de l´intérieur Manuel Valls, dont  on saluera "l´humanisme de gauche" et sa politique constructive... D´ailleurs, pour note, il préfère supporter une équipe espagnole à une équipe française en Coupe d´Europe (NDLR : PSG-Barcelone, pro-barça car né en Catalogne)... Pour une personne sencée représenter l´Etat français dans le monde, c´est tout de même assez abérrant...

 

Mais ce n´est pas tout. Car comme vous le savez, désormais toutes les manifestations touchant de près ou loin au PSG seront interdites en France et ce, de manière illimitée dans le temps. Le PSG et ses supporters sont- ils donc considérés comme des organisations terroristes ? L´Etat français n´est-il donc pas capable de maintenir l´ordre dans une manifestation qui n´aurait rassemblé sûrement pas plus que 1000 ou 2000 personnes ? Bien entendu que si.

 

Malheureusement, la censure du peuple est une arme de plus en plus utilisée par nos dirigeants à l´heure actuelle, et c´est inquietant car nous sommes tous des citoyens ayant le droit de manifester pacifiquement. Protester voire s´hériger contre certaines mesures trop liberticides devient de plus en plus risqué : demandez aux espagnols et aux grecs le traitement qu´il ont reçu ces dernières années lors de leurs manifestations contre l´austérité imposée dans leurs pays respectifs. Ce sont des sujets de subsistance bien plus graves que celui-ci, et pourtant les journaux et le gouvernement n´hésitent pas à parler d´eux comme de "terroristes" voire même en de termes bien pires que cela. 

 

Les temps sont durs pour le mouvement ultra, et il faut souhaiter que ses têtes pensantes arrivent à s´unir pour perpétuer l´existance de tribunes populaires festives dans le football français, avant d´en arriver à l´affreux modèle anglais ou espagnol. Pour information, les prix du dernier match de Sir Alex Fergusson était de 1000 Livres Sterlings, et la finale de la Coupe du Roi en Espagne coûtait au bas mot près de 200 Euros... Le football business ne connait pas la crise...

Suite au déferlement médiatique sucités par les incidents des Champs Elysées et du Trocadero, les différentes entités parisiennes contestataires du plan Leproux tiennent à réagir et à affirmer leur non-affiliation avec ces évènements.

945059 463465437066585 906176718 n

 

 

exabos